Chapitre premier : les recommandations… Lettre 04

Djawaahiiru rassa il (les lettres dorées)

Au nom d’Allâh le Miséricordieux, le tout Miséricordieux.

Louanges à Allâh, Seigneur de l’univers, le Miséricordieux, le Maître du jour jugement dernier.

Ceci dit, salutations parfaites et complètes émanant de l’expéditeur, le serviteur qui se satisfait de son Maître hormis tout – Ibrâhîma, fils d’El-Hâdj Abdallâh Tidjâni– à mon bien-aimé et véritable disciple de mon père, Al-Hassane NDIÂYE.

L’objet de cette missive est de te prodiguer des conseils pour et par Allâh. Sache que toi et tes homologues, n’êtes que des esclaves d’Allâh et des disciples de Cheikh Tidjâne.
Certes Dieu a déposé le flux de cette Faydâ (dans la tariqâ) entre les mains de Cheikh Tidjâni qui en est le détenteur et qui le confie à qui il veut et, ce, par la volonté du tout Puissant, du Contraignant.

Cette Faydâ se répandra partout par la puissance et la force d’Allâh. Personne ne peut s’y opposer et rien ne peut l’arrêter. Sans nul doute, elle essaimera sur toute la terre, partout où la Tidjâniyya se sera implantée.

Dieu a maudit certains des chefs religieux et mouqqadams (préposés) qui concoctent des stratagèmes et se gonflent de prétentions mensongères dans le but d’éteindre la lumière divine, lumière que Dieu a comblé de sa grâce ; Dieu a rejeté leur ruse en dépit de leur fougue.

Tu es mon bien-aimé depuis ma tendre enfance ; voilà pourquoi je m’adresse à toi ; je te conseille de te garder de pactiser avec ceux qui veulent éteindre la lumière divine.

Je suis mu par l’amour fraternel que j’éprouve pour toi mais je ne suis nullement obnubilé par l’émergence de la Faydâ ; parce que cette dernière se propagera par la puissance et la volonté d’Allâh. S’évertuer à la cacher ne fera que l’amplifier davantage.

Sera rejeté tout individu qui tentera d’éloigner les gens de la Faydâ et de son détenteur. Réfléchis bien et tu te rendras compte de la justesse de mes propos.

Ce qui t’incombe pour autant, c’est de t’y engager afin que tu sois de ceux pour qui l’auteur d’Almounya disait : « Parmi les compagnons de Cheikh Tidjâne, on distingue un groupe dont le cheveu de chacun des membres pèse plus lourd que mille Pôles (qoutb) ; qu’en est-il alors de leur guide ? » … Sinon, reste dans ton coin et évite de faire tort à la Faydâ tout en sachant que rien ne peut se produire sans la volonté divine.

Sera perdant quiconque voudra se mettre en porte-à-faux avec la volonté divine. Sache que je te recommande, ainsi qu’à moi-même, la crainte révérencielle dans l’apparent comme dans le caché, de te rapprocher des hommes de Dieu et de les fréquenter par amour. Ce faisant, tu pourras acquérir des faveurs du Seigneur. Abstiens-toi de toute prétention et évite d’agir pour le compte d’autres, car Dieu a dit : « Et ne cours pas après ce dont tu n’as science aucune… » (S. 17. V.36)

Que celui qui désire la puissance ici-bas et dans l’au-delà sache que la puissance tout entière appartient à Dieu.

L’amour en Dieu est consubstantiel de celui qu’on éprouve pour Ses hommes et ces derniers sont les « connaissants en Dieu ». Ton voisin El-Hâdji Mouhammad Zeynab en fait partie et je ne lui connais pas de pair ; aucun de ses congénères ne l’égale sur ce plan. Tiens-lui compagnie pour, par et en Dieu. Tu en tireras un grand profit et tes disciples en profiteront également ; et cela ne te lésera en rien ni ici-bas ni dans l’au-delà. Ton refus ne portera aucun préjudice à Allâh.

En toute circonstance, tu sauras que mon amour pour toi est sans calcul aucun, car aujourd’hui je suis immunisé de désir. Allâh en est témoin.Paix sur toi et, en particulier, sur l’homonyme de mon père, El-Hâdji, et son frère.

Par Ibrâhîma, fils d’Abdallâhi Tidjâni, à Kôssi (1349H… 1930)

Traduction en français par Harouna Amadou LY dit Harouna Rassoul et al-oustâz Seydou MBAYE du dâhira Thiêrno Ibrâhîma DIALLO de Dakar / Jama’a Cheikh Ould Khaïry du Sénégal