Chapitre premier : les recommandations…. Lettre 5

Djawaahiru rassaa il (les lettres dorées)

Au nom de Dieu, le Clément, le Tout-Miséricordieux. Louange à Dieu Seigneur de l’Univers, Maître du jour des comptes.

Cela dit , cette lettre est destinée à nos frères ,sœurs et bien-aimés de Médina Fâs , le village de notre cher ami, disciple sincère et gnostique , le submergé dans l’amour de Dieu, de son Messager (psl), de Cheikh Tidjâne et de son sirrou(secret) , le mouqaddam dans la târiqâ tidjâne, confrérie dotée de secrets divins par autorisation spéciale émanant de sources crédibles « et c’est là où doivent entrer en compétition les concurrents », en l’occurrence El-Hadj Sâloum. Que la Paix, le Salut et la bénédiction divine soient sur vous en provenance du flux de notre maître Ahmed Tidjâni.

Après m’être humilié devant Dieu par des prières pour moi et pour vous, qu’Il nous oriente vers Son agrément et qu’Il nous procure le salut et le bonheur ici-bas et dans l’au-delà. Je vous recommande ainsi qu’à moi-même, dans le visible comme dans le caché, la crainte révérencielle ; voilà le secret des secrets. La crainte consiste à suivre les recommandations divines et à s’abstenir des interdits dans l’apparent comme dans le caché.

Allâh a dit : «Obéissez à Allâh, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement.» (S. 4 ; V.59). Les recommandations les plus évidentes sont les cinq prières accomplies en assemblée avec la purification par l’eau, pour celui qui n’a pas d’empêchement, de même que pour la Wazîfa, en compagnie des frères ; et faire la wazîfa en groupe est une condition sine qua non. Celui qui l’abandonne ou qui la rate en groupe est exclu de la Tidjâniyya. Que Dieu nous en préserve !

Evertuez-vous à remplir votre temps par la récitation de la Salâtul-Fâtihi. Faites-la plusieurs fois et surtout la nuit, et plus particulièrement dans le dernier tiers de celle-ci. Il est rapporté que chaque nuit il y a un moment pour agréer les vœux et c’est celui où Allâh se manifeste dans l’exaucement des invocations et des actes d’adoration. Ce moment est dissimulé dans les parties de la nuit. Et j’espère que c’est dans le dernier tiers.

Vivifiez votre temps par l’évocation d’Allâh et tirez profit des séances de zikr surtout en présence d’un grand personnage, car ne sera jamais misérable celui qui est présent dans une telle assemblée. Dieu a dit : « Evoquez Allâh d’une évocation abondante » (S 33 V41). Et je suis votre garant pour l’atteinte de cette évocation abondante. Si chacun de vous avait cent mille langues pour évoquer Allâh en silence et à haute voix, nuit et jour, il n’atteindrait jamais ce nombre auprès d’Allâh, à plus forte raison le dépasser. Il est rapporté : «Ce monde est maudit ainsi que tout ce qu’il contient, excepté le rappel (zikr) et ses partisans».

Ne prêtez guère attention aux déclarations des ennemis de la religion, lesquels sont hostiles au zikr. Dieu les a exclus de sa miséricorde ; qu’Il nous en garde ! Donc tout individu doté de raison, soucieux de sa personne et de sa religion, doit fuir les ennemis susnommés comme il le ferait devant un lion. Car se rapprocher de celui que Dieu a exclu de sa grâce est inutile. Sa nocivité est plus proche que son utilité.

Suivez votre mouqqadam en tout ce qu’il vous recommande en bien et fuyez tout ce qu’il vous interdit pour et par Dieu. Soyez pour Dieu et Il sera pour vous, soyez en Dieu et Il sera en vous ; voilà les deux protections contre toute calamité.

Dieu est exempt de tout mal, gloire à Lui. Tout individu qui a une sollicitation, qu’il s’adresse à Dieu ; qui demande un secours qu’il s’adresse à Lui ; qui a des invocations qu’il s’adresse aussi à Lui. Je jure que, en dehors d’Allâh, nul ne détient rien ni dans l’apparent, ni dans le caché ; ni ici- bas ni dans l’au-delà.

Sachez que de nos jours, Allâh a conduit l’humanité vers un précipice et seul celui qui aime Cheikh Ahmad Tidjâne en est préservé ; celui-ci sera un gnostique (‘aarif) et, ce, par la garantie du Maître de la créature (psl). Sachez, ô vous mes frères, que le croyant et son frère ressemblent à un mur dont chaque brique assure une partie de la solidité de l’édifice.

Les croyants sont des frères. Votre allié c’est Allâh, Son Messager et les croyants. Ne rompez pas les uns avec les autres ; ne tournez pas le dos les uns contre les autres, ne vous haïssez point et ne vous enviez pas. Soyez des esclaves d’Allâh, des frères ; ne vous espionnez pas ; ne vous médisez pas ; à plus forte raison les compagnons de Cheikh Tidjâne.

Cheikh Tidjâne a dit et c’est vrai : « Nous avons une station dont l’élévation a atteint un niveau qu’il est interdit de révéler ou de divulguer ; et ce n’est point ce que je vous ai déjà dit ; si j’en parlais, les hommes de Dieu et ceux de la connaissance divine seraient unanimes à ce que je sois tué ; sans parler des autres ; l’une des particularités de cette station est que, sera malheureux et maudit quiconque ne se garde pas de perturber nos compagnons ».

Il a encore dit : «Je recommande à tout muqaddam de tolérer les imperfections des disciples, de pardonner leurs erreurs et de se hâter à éteindre le feu du mal qui les atteint. Il est de votre devoir, vous les disciples, de suivre vos mouqaddams chaque fois que, pour vous, ils préconisent le bien et qu’ils s’efforcent de vous réconcilier (en cas de besoin).

Toutefois, ils doivent se garder d’en attendre une quelconque rémunération ici-bas ; qu’ils ne s’intéressent pas à ce qui est en la possession des disciples sachant que c’est Allâh qui donne ; c’est Lui qui prive ; c’est Lui qui élève et c’est Lui qui rabaisse…»

Je salue mon cher bien-aimé, le connaissant en Dieu, El-Hadj Mâs et tous les frères qui sont sous sa tutelle. Et je vous recommande de prendre soin de notre émissaire, lui aussi je lui recommande de bien s’occuper de vous.

Je prie Allâh de faciliter nos conditions de vie ici-bas et dans l’au-delà, de nous pourvoir la sincérité dans la servitude, la droiture à l’égard des prérogatives du Seigneur et d’être notre protecteur, Lui qui protège les vertueux.

Qu’Allâh nous fasse mourir dans l’amour de Cheikh Tidjâne ; qu’Il nous ressuscite dans sa cour auprès des prophètes et des messagers, aux côtés du Maître de l’existence, dans le paradis d’Illiyiina (haut paradis) sur un siège de la vérité, auprès d’un roi fort capable. Que la paix soit sur vous !

Lettre rédigée par Alioune Cissé sous la dictée de notre Cheikh, Professeur et Maître, Ibrâhîma fils d’AbdAllâh Tidjâni, à Kôssi, en 1350h, soit 1931 G.