Biographie anecdotique de Cheikh Hamidou KANE

A tout seigneur tout honneur. C’est le mardi 03 avril 1928 que Cheikh Hamidou KANE a vu le jour à Matam : de Mamadou Lamine Cheikh Hamidou Alphâ Cirê KANE (1894-1992) ou Mamadou Lamine Oumou Mamadou Tafsîrou Ibrâ Amadou Thiêrno Ibrâ Hammât WANE et de Yeyyâ Râcine Abdoulâye Alphâ Cirê KANE ou Yeyyâ Fâtimata Baïdi Souwâdou Almamy Mamadou Lamine Amadou Bhalêdjo Déwa Elimâne Moctâr LY (1904-1972).
Deuxième garçon de Yeyyâ Râcine, on le surnomma Samba (diminutif : Sam). Au Foûta-Tôro , le prénom traditionnel de l’enfant implique son ordre d’arrivée dans le cercle de la famille; par exemple, la succession des enfants mâles peut être la suivante : Bâba Gallé ou Mamadou ou Hammadi, Samba ou Sawa ou Bathia, Demba ou Déwa, Yéro, Pâté … Chez les filles : Dikko ou Dikkel ou Dikel, Koumba ou Koumbel ou Kouwa ou Mbouré , Penda, Takko, Dâdo …
On l’appela donc Sam-Matam, c’est-à -dire Samba né à Matam. Son arrière-grand père Abdoulâye Alphâ KANE (né en 1848) et sa grand-mère maternelle Fâtimata Baïdi Souwâdou (née vers 1884) ont tous deux été rappelés à Dieu en 1928, année de sa naissance.
En avril 1928, Mamadou Lamine KANE passait ses congés à Matam auprès de son père Cheikh Hamidou Alphâ Cirê KANE qui, très versé dans l’ « elmoul chariati » ou droit musulman, assumait les charges de cadi ou jurisconsulte dans cette vieille bourgade du Foûta oriental. C’est dans ces circonstances fortuites que Cheikh est né à Matam et non à Louga, ville d’adoption de ses parents. Son grand-père maternel, Râcine Abdoulâye KANE qui fut chef de canton du Dimar (cercle de Podor) de 1903 à 1906, exerçait les fonctions de commis expéditionnaire à Louga où il est arrivé en 1921.

Continuer la lecture de Biographie anecdotique de Cheikh Hamidou KANE