Ziyâra de Boubacar (R.I.M.) : 20 avril 2001

MAWLÂNÂ CHEIKH,

Nous sommes encore une fois heureux et fiers d’être à Boubacar-la-pieuseBoubacar-la-généreuse,  qui, depuis vingt-trois ans, domine le monde  de l’intellect par la force de son verbe initiatique, la pertinence de ses proverbes mystiques et l’élégance de sa verve poétique intarissable.
Oui, nous sommes à Boubacar, le terreau fertile du savoir sublime, savoir que, sous d’autres cieux et en d’autres circonstances, ont magnifié les plus grands penseurs de notre religion : qu’ils s’appellent Ibn Arabi, Awhad ad-dîn Balyâni, Ibn Tamiyya,   Al- Ghâzali  et bien d’autres  têtes bien faites. Ce savoir que nombre de saints, à un moment donné de leur vie, ont cru détenir et dont Mawlânâ El-Hâdj Ibrâhîm NIASS  fut, après Mawlânâ Cheikh Ahmad. at-Tidjâni, le légitime dépositaire. Continuer la lecture de Ziyâra de Boubacar (R.I.M.) : 20 avril 2001